main_Bayrou-art13

Qualifiant la persécution subie par les Chrétiens d'Orient de "crime contre l'humanité", le président du MoDem appelle l'Europe à "soutenir l'action militaire immédiate, notamment des États-Unis, pour faire reculer les barbares."

"Comme des milliers ou millions de Français et de citoyens du monde, je désespère de notre impuissance face à la persécution qui écrase les Chrétiens d’Orient, et d’Irak en particulier. C’est une volonté de génocide qui les vise, fondé sur la haine religieuse des djihadistes.

Ce génocide ne ressemble en rien à d’autres drames, pourtant épouvantables et décourageants, en cours au même moment au Proche-Orient.

Aucun prétexte de menace ou d’agression, de quelque nature que ce soit, aucun fait de guerre que les assaillants puissent avancer pour justifier cette barbarie. Pas d’armée, pas d’agression de la part des chrétiens, pas de roquettes, pas d’action militaire, pas de mise en danger de l’un ou l’autre groupe qui composent cette région du monde. Seulement le déchaînement contre eux de la violence djihadiste qui veut éradiquer le Chrétien, ou le Yazidi, le chasser de cette terre, le terroriser et l’anéantir pour ce qu’il croit et qu’il a cru de pères en fils depuis deux mille ans.

Il convient de donner son nom à cette barbarie : c’est un crime contre l’humanité et il doit être traité comme tel.

C’est pourquoi il y a deux attitudes à adopter. 

Il faut soutenir l’action militaire immédiate, notamment des Etats-Unis, pour faire reculer les barbares. L’Europe tout entière doit se joindre à cette action de sauvegarde.

Et il faut mobiliser la conscience universelle. Les mots des seuls gouvernants ne suffisent plus. Il faut appeler à une manifestation nationale du peuple français pour donner sa véritable dimension à la protestation de notre pays. 

La France a été dans l’histoire, depuis des siècles, la protectrice des Chrétiens d’Orient. Elle doit considérer qu’il est de son devoir de soutenir et de renforcer le mouvement qui pourra les défendre, les protéger et sauver, parce qu’elle sauvera en même temps le pluralisme religieux et la liberté de pensée."